Claude Darras - L e provençal 1997

Documentation- Photos- Articles de presse-Expositions- 

  Claude Darras - L e provençal 1997


Jean Marie Deschamp a choisi Carpentras pour exposer ses plus belles toiles. C'est à la galerie Signe que le public est invité à les découvrir. Aucune de ses peintures n'est datée. Jean Marie Deschamp n'a que faire d'une histoire écrite par des huissiers. Le public et les galeristes sont invités à ordonner eux-mêmes la chronologie de sa création . Ainsi l'exposition de Carpentras la capitale comtadine où ce compatriote de Nicolas Poussin poursuit l'exploration d'une oeuvre si éloignée des lieux communs et des cultes facile- se présente comme la mémoire des innombrables esquisses - choses et femmes,lumière et couleurs - auxquelles il se livre depuis vingt-cinq ans pour arriver au moment"où,s'extasiait Henry Matisse, la main chante d'elle même". Eveiller à la recherche Si ,en badaudant au pied des cimaises de la belle galerie Signe un visiteur trouve l'écho à l'antique vision d'une troublante maternité ou d'un portrait anonyme c'est qu'une connexion s'est produite; mais étant largement le fait de l'observateur, elle lui sert à ses propres fins. Jean Marie Deschamp considère que pour chaque visiteur ,la connexion est différente .Comme le disait Marcel Duchamp ,"c'est le spectateur qui fait le tableaux" . Mais,au lieu de consolider la foi, le peintre choisit d'éveiller à la recherche. Au lieu de fortifier une raison,un principe,il pousse à l'esprit critique,au doute méthodique,à la lucidité . Sourcilleux,Deschamp ? Non,terriblement exigeant .Et sa peinture lui ressemble,ce qui est impardonnable dans les époques relâchées . Claude Darras .